Potager biologique : huit étapes pour créer votre propre potager

Publié le : 10 janvier 20246 mins de lecture

Alors que l’industrie des pesticides et des engrais chimiques nuit à la nature et à notre santé, la culture de légumes et d’autres produits biologiques se développe et apporte de nombreux avantages, tels qu’une meilleure qualité de vie. Et le plus beau, c’est que le jardinage biologique peut se faire à l’intérieur, même dans les petits espaces ! En suivant les étapes ci-dessous, vous obtiendrez à tout moment des aliments biologiques frais et exempts de substances nocives, le secret étant de tout faire de la manière la plus biologique possible.

Comment faire un potager biologique ?

1. Préparez le sol

La première étape de l’aménagement d’un potager biologique à la maison consiste à commencer par retourner la terre pour la rendre bien aérée, ce qui est nécessaire pour que les plantes tirent le meilleur parti des éléments nutritifs. Elle doit également être suffisamment meuble pour que vous puissiez la fertiliser et commencer à planter. Préférez fertiliser pendant les mois chauds, entre septembre et mars.

Privilégiez également les engrais organiques.

2. Disposez d’un bac à compost

Les plantes ont besoin d’un sol riche en nutriments pour se développer, mais les engrais chimiques sont nocifs pour l’environnement.

Vous pouvez fertiliser le sol de votre jardin avec de l’humus, constitué de matières organiques issues du compostage, ce qui est très simple à réaliser.

3. Choisir vos plantes

Chaque espèce végétale a son propre climat idéal pour pousser, votre potager sera donc plus réussi si vous choisissez les légumes qui poussent le mieux dans votre région. Par exemple, le radis pousse mieux dans le froid, tandis que l’aubergine est plus facile à cultiver dans les endroits chauds. Choisissez des semences et des plants certifiés biologiques. Selon le CPT (Centre de Productions Techniques), il existe quatre types de légumes de base et la présence d’au moins un légume de chaque type dans votre assiette apporte une richesse de saveurs et de nutriments. Il s’agit de :

  • Légumes-feuilles : espèces telles que la laitue, le souci, la roquette, la chicorée, le brocoli, le chou gras, le chou-fleur, entre autres ;
  • Légumes-fruits : courgette, citrouille, gombo, concombre, poivron, tomate, haricot, chayotte, entre autres ;
  • Légumes tubéreux (racines, tubercules et rhizomes) : carottes, betteraves, radis, ignames, patates douces, entre autres ;
  • Légumes condiments : ail, oignon, oignon nouveau, persil, menthe, basilic, coriandre, basilic, entre autres.

4. La plantation

Pour savoir comment planter chacun de vos légumes, tenez compte de leur mode de croissance : les plantes rampantes, par exemple, ont besoin de plus d’espace entre elles pour pouvoir s’étaler. Mais attention à ne pas laisser un espace trop important qui permettrait la levée des mauvaises herbes.

5. L’arrosage

Les meilleurs moments pour arroser votre potager bio sont les heures les moins chaudes de la journée (avant 10h et après 16h), afin que les plantes absorbent mieux l’eau. Essayez d’arroser les racines et non les feuilles. Les gouttes d’eau à la surface des feuilles, lorsqu’elles sont irradiées par le soleil, produisent un effet de lentille qui brûle les feuilles. Arrosez votre potager avec beaucoup d’eau une ou deux fois par semaine et avec moins d’eau les autres jours, juste pour l’entretien. Vous pouvez réutiliser l’eau de pluie.

6. Enlevez les mauvaises herbes

Ici, vous pouvez faire un bon exercice en arrachant manuellement les envahisseurs. Arrachez-les par la racine, afin d’inhiber leur croissance.

Pour éviter l’apparition de mauvaises herbes, vous pouvez couvrir les espaces entre vos légumes avec des feuilles sèches.

7. Protégez-vous contre les parasites

Il existe de nombreuses façons de protéger votre potager bio contre les nuisibles sans utiliser de produits nocifs pour l’environnement. Voici quelques conseils.

  • Pesticides faits maison : avec des ingrédients courants de la cuisine, vous pouvez lutter contre les champignons, les insectes, les acariens et même les rats.
  • Attracteurs et répulsifs biologiques : des substances naturelles peuvent vous aider à fabriquer des pièges contre les ravageurs qui s’attaquent à votre potager.
  • Les cultures intercalaires : elles consistent à planter ensemble deux ou plusieurs espèces de plantes, de manière à ce que l’une serve de répulsif aux parasites de l’autre ou des autres. N’oubliez pas de faire attention à ne pas placer ensemble des espèces qui se voleront mutuellement des nutriments. Les plantes doivent être des compagnes.
  • Biopesticides : ce sont des micro-organismes qui agissent spécifiquement contre les insectes envahisseurs, sans nuire à la plante, aux oiseaux, au sol ou à toute autre personne qui pourrait souffrir des pesticides conventionnels.
  • L’huile essentielle de neem : agit comme pesticide, répulsif et nourrit le sol.

8. La récolte

Lorsque votre travail porte des fruits, récoltez-les aux heures les moins chaudes de la journée, afin que la plante perde moins d’eau. Si vous trouvez que vous avez donné trop de fruits, donnez-en à vos parents et amis ou cuisinez et congelez le surplus, afin de pouvoir le déguster plus tard.

Appartements et petits espaces

Pour les personnes vivant en appartement ou dans une petite maison, la meilleure alternative est le potager vertical. Ce type de jardin biologique est réalisé à l’aide d’étagères ou de palettes, qui sont accrochées verticalement au mur. Bon travail et bon appétit !

Plan du site